PARU DANS
AFP

voir tous les articles de presse

_ mercredi 29 septembre 2010 _L'Etat s'en mêle

LE CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DEMANDE UNE "VÉRITABLE" ÉDUCATION À LA SEXUALITÉ

PARIS — Le Conseil économique et social et environnemental (CESE) demande aux pouvoirs publics "une véritable politique d'éducation à la sexualité" et plus largement une meilleure éducation à la santé pour les jeunes femmes, dans un rapport publié mercredi.

Malgré l'existence d'une loi de 2001 sur l'éducation sexuelle en milieu scolaire, sa mise en oeuvre "est très inégale d'un établissement à l'autre" et "se limite trop souvent à une intervention qui ne croise pas les autres champs disciplinaires (littérature, éducation civique, arts plastiques...)", regrette le CESE.

"Or un apport ponctuel reste insuffisant pour permettre aux élèves d'intégrer les messages d'éducation à la sexualité et de respect mutuel visant à développer des attitudes de responsabilité individuelle, familiale et sociale", poursuit le CESE dans son rapport consacré à "La santé des femmes en France".


L'Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait déjà estimé en début d'année qu'il fallait renforcer fortement l'éducation sexuelle en milieu scolaire. Deux tiers des jeunes filles de troisième pensent qu'elles ne peuvent pas tomber enceintes lors des premiers rapports sexuels.


Pour mieux appliquer la loi de 2001, le CESE "préconise un renforcement des effectifs des services de santé scolaire : médecins, infirmières, mais aussi secrétaires médicales".


Le CESE met en relief le cas particulier des départements d'outre-mer où le taux de recours à l'IVG est le double de celui de la métropole, ce qui est souvent lié au "poids des religions et mouvements sectaires".


Le CESE demande aussi une meilleure prise en charge par l'assurance-maladie de toutes les méthodes contraceptives, c'est-à-dire y compris patches et anneaux, et prône une meilleure information (numéro vert départemental...) sur l'avortement.


Plus généralement, le CESE insiste sur la nécessité de "relancer une politique d'éducation à la santé" des jeunes femmes, notamment sur la consommation du tabac, de cannabis et d'alcool, ainsi que sur la prévention de l'obésité.


Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés.

envoyer a un ami
retour